L’air du temps

Suite à Bourges c’était la panique
chez les brasseurs de beuz tu vois
moi je t’en fais un cantique
que ton canard peut mettre bas

Je n’suis pas de votre engrenage
qu’un petit cailloux peut bloquer
mais bien du grand air et du large
les caillasses peuvent bien s’accrocher

C’est sur un tapis volant
qu’ j’ai embarqué
et je m’balade sur l’air du temps
qu’ j’ai inventé

Aux lions je préfère les lézards
la crinière c’est bien trop ringard
et sans leur queue ils bougent encore
faut revoir la loi du plus fort

Aux gorilles j’préfère les fourmis
elles au moins elles s’multiplient
vous pouvez bien bomber le torse
elles vous emmerdent en langue morse

Si vous avez gagné des images
du temps des petits écoliers
fallait piger les adages
des fables au dos illustrées

Eh les tontons ! Partez à point
Moi ma tortue c’est K2000
portez vos trônes, les pieds d’airain
c’est pas c’qu’il y a de plus mobile

C’est sur un tapis volant
qu’ j’ai embarqué
et je m’balade sur l’air du temps
qu’ j’ai inventé

C’est sans complexe messieurs
que je tourne le dos
à des zoïles prétentieux
qui donnent cher de leur peau

Pour une critique
à vous casser l’coeur en deux
qui s’rangent à leurs manies s’aigrissent
à qui mieux-mieux

Moi si un trou d’air veut m’faire tomber
j’prendrais une note à une fauvette
qu’importe son nom si elle permet
d’maint’nir l’voyage de ma carpette

C’est sur un tapis volant
que j’veux chanter
et m’balader sur l’air du temps
qu’ j’ai inventé

C’est la croisade d’une ordinaire
qui s’imagine fendant l’air
dans une course magnifique
médaille d’or aux jeux olympiques

Et puis son élan la soulève
et puis c’est pas grave si elle rêve
elle vole déjà haut dans le ciel
et elle sourie dans son sommeil

Paroles et musique : Marie Cherrier

Laisser un commentaire